Et si cette période nous invitait à davantage penser par nous-même ?

Article publié le 28 avril 2020

IndividuationLa période que nous traversons est déstabilisante. Nous entendons tout et son contraire : le confinement est bon ! Non, il est mieux de ne confiner que les plus fragiles ! Les enfants sont la principale source de contamination ! Pas de soucis, rouvrons les écoles ! Ne vous inquiétez pas, vous serez indemnisés ! Euh… pas grand-chose en réalité ! L’hydroxychloroquine sauve des vies ! Non, elle a été retirée du marché ! etc…

Autant dire que l’on est balloté d’une vérité à l’autre tous les jours et qu’on risque d’y perdre notre latin ! Il est vrai que, pour bien des sujets, nous manquons chacun de compétences spécialisées pour pouvoir nous faire un avis ! Compétences médicales, économiques… en tous cas, pour ma part ! Alors, comment ne pas devenir fou et surtout comment démêler le vrai du faux et ne pas se laisser endoctriner et embarquer par ce que nous disent les gouvernements (dans la langue des oiseaux (1) : gouverne ment !) ?

Et si la clé était de revenir en nous en profondeur ? Et si l’on écoutait notre cœur ? Et si on faisait confiance à notre bon sens ? Et si l’essentiel était de faire entrer en résonance ce que l’on nous dit avec notre philosophie intime de la vie, avec notre vérité intérieure, avec ce que nous souffle notre cœur, dans le silence de notre être ?

Car enfin, n’est-il pas dangereux de prendre ce qui nous est dit et de le faire nôtre ? Ne faudrait-il pas le faire passer au filtre des trois tamis (2) : cela est-il vrai ? (Remplaçons-le ici par cela est-il censé ?) Cela est-il bon ? Cela est-il utile ? (entendons utile pour le Bien du monde) Ce que l’on nous propose est-il en accord avec l’amour… pour nous, pour l’autre, pour le monde ? Ce à quoi on nous demande de croire est-il sage, censé ? Si je retire l’élément peur et culpabilité qu’on nous fait miroiter, suis-je toujours aussi sûr que cela ait du sens ?

Refusons de donner notre pouvoir aveuglément à l’autorité extérieure ! Ce qui nous est proposé (voire plus tard imposé !), tels que le tracking, les futurs vaccins…, peut être juste… ou non ! Nous savons par expérience que l’homme peut malheureusement se laisser embarquer assez vite à adhérer à des propositions auxquelles il n’adhérait pourtant pas vraiment au fond de lui… telles que nous le montrent les célèbres et déconcertantes expériences de Asch et Milgram (3). L’histoire regorge de douloureux épisodes où nous avons adhéré massivement à ce à quoi on nous suggérait d’adhérer, sans faire passer cela par le filtre de notre cœur, de notre vérité intérieure, de nos valeurs profondes… avec les conséquences désastreuses que cela a entrainé…

Alors, avant d’avoir un avis tranché et d’obéir aveuglément à ce que l’on nous suggère, passons cela dans le filtre de notre profondeur qui, elle, sait ce qui est vrai et censé ! Refusons d’adhérer sans réfléchir à tout ce qu’on nous bassine sans nous demander à qui cela profite, si cela sert le Bien du monde !

Demandons-nous avant de nous démettre de nous-mêmes si vraiment, comme on nous le fait croire, nous sommes coupables si nous nous promenons seul dans la forêt plus d’une heure ou à plus d’un kilomètre de chez nous ? Sommes-nous coupables si nous allons voir notre chéri en EHPAD, derrière la grille ? Sommes-nous coupables de vouloir aller dire au revoir à notre père en soins palliatifs, même s’il habite un peu loin de chez nous ? Est-ce vraiment censé de tomber dans la panique face à ce virus, comme on nous y invite fortement, en oubliant que l’essentiel pour ne pas être contaminé est d’avoir un système immunitaire fort et que l’état intérieur de confiance en est la clé, et la peur son plus grand ennemi ? Sera-t-il raisonnable, d’ici quelques mois sans doute, d’accepter de laisser vacciner nos enfants et nous-même alors qu’on sait pertinemment à qui profite en masse ces mêmes vaccins, dans un système où la santé est aux mains de Bill Gates et des grands laboratoires pharmaceutiques ?

A chacun de nous de prendre nos décisions en âme et conscience ! Mais il me semble qu’il nous faut apprendre à nous faire confiance et être sûr que notre cœur nous soufflera toujours la bonne direction et que, si nous adhérons à une idée après l’avoir faite passer par le filtre des trois tamis, (est-elle censée, bonne pour l’humanité et utile ?), après nous être assuré qu’elle sert le Bien, alors nous sommes assurés, non d’avoir raison, mais d’être en accord avec notre être profond et avec le monde !

Bon cheminement !

Sabine


  • (1) La langue des oiseaux

La langue des oiseaux est l’étude des sens cachés des mots. Elle permet de saisir et comprendre les sens profonds d’un mot, d’une identité, d’une pathologie, d’un concept…

  • (2) Le filtre des 3 tamis est un apologue du philosophe grec Socrate (5ème siècle avant notre ère)

Un jour, quelqu’un vint voir Socrate et lui dit :

– Écoute, Socrate, il faut que je te raconte comment ton ami s’est conduit.

– Arrête ! interrompit l’homme sage. As-tu passé ce que tu as à me dire à travers les trois tamis ?

– Trois tamis ? dit l’autre, rempli d’étonnement.

– Oui, mon bon ami : trois tamis. Examinons si ce que tu as à me dire peut passer par les trois tamis. Le premier est celui de la vérité. As-tu contrôlé si tout ce que tu veux me raconter est vrai ?

– Non, je l’ai entendu raconter et…

– Bien, bien. Mais assurément tu l’as fait passer à travers le deuxième tamis. C’est celui de la bonté. Ce que tu veux me raconter, si ce n’est pas tout à fait vrai, est-ce au moins quelque chose de bon ?

Hésitant, l’autre répondit : Non, ce n’est pas quelque chose de bon, au contraire…

– Hum ! dit le Sage, essayons de nous servir du troisième tamis, et voyons s’il est utile de me raconter ce que tu as envie de me dire…

– Utile ? Pas précisément.. .

– Eh bien ! dit Socrate en souriant, si ce que tu as à me dire n’est ni vrai, ni bon, ni utile, je préfère ne pas le savoir, et quant à toi, je te conseille de l’oublier…

  • (3) Les expériences de Asch et Milgram

L’expérience de Asch, publiée en 1956, est une expérience qui démontre le pouvoir du conformisme sur les décisions d’un individu au sein d’un groupe

https://fr.wikipedia.org/wiki/Experience_de_Asch

L’expérience de Milgram est une expérience de psychologie publiée en 1963 par le psychologue américain Stanley Milgram. Cette expérience évalue le degré d’obéissance d’un individu devant une autorité qu’il juge légitime et permet d’analyser le processus de soumission à l’autorité, notamment quand elle induit des actions qui posent des problèmes de conscience au sujet

https://fr.wikipedia.org/wiki/Experience_de_Milgram

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-sept − 5 =

Réveillez-vous, c’est le printemps !

Réveillez-vous, c’est le printemps !

Le 22 janvier dernier nous sommes entrés dans la nouvelle année du calendrier chinois. Je propose donc de faire un petit tour d’horizon de la signification de ce basculement au niveau énergétique.
– 2023, l’année du Lièvre d’Eau
– Le printemps, le Bois, le Foie et la Vésicule Biliaire en médecine chinoise
– Exercices printaniers
– L’alimentation printanière

La nouvelle année, l’occasion de cerner l’essentiel !

La nouvelle année, l’occasion de cerner l’essentiel !

Une nouvelle année commence… c’est toujours, à mon sens, l’occasion de se poser la question de nos priorités. Qu’est ce qui est finalement vraiment essentiel pour moi cette année ? Sur quoi est-ce que je veux focaliser mon attention ? Quelle sera ma ligne directrice ?

L’hiver, un temps pour soi

L’hiver, un temps pour soi

En médecine chinoise, l’hiver est la saison des Reins, et après avoir lu ce qui suit, vous allez vite comprendre pourquoi il est primordial de prendre grand soin de nos Reins, particulièrement en hiver !
Je vous propose dans cet article des outils et exercices (alimentation, recette, étirements…) pour passer un hiver chaleureux et en pleine santé !

Les mantras, un outil puissant pour se relier au divin

Les mantras, un outil puissant pour se relier au divin

Les mantras sont des sons sacrés millénaires, psalmodiés ou chantés depuis la nuit des temps par des sages et des méditants désireux d’avancer sur leur chemin. Ce sont donc des sons chargés de très hautes fréquences et de la ferveur de tous ceux qui les ont chantés jusqu’à aujourd’hui !
En Inde, on dit qu’il faut chanter un mantra un million de fois pour qu’il devienne pleinement actif pour nous ! Un mantra agira donc à la hauteur de la ferveur et de l’énergie que nous mettrons à le chanter.

Bien vivre l’automne avec le Shiatsu

Bien vivre l’automne avec le Shiatsu

En médecine chinoise, l’automne est la saison du mouvement Métal. Le Yang cède peu à peu la place au Yin.  C’est le temps de la réflexion, de l’engrangement, il est temps de récolter et de faire des réserves pour l’hiver ! Si la sagesse orientale nous incite à ralentir, à entreprendre une certaine intériorisation, malheureusement notre vie occidentale nous pousse, au contraire, à nous activer de plus belle : après la pause estivale c’est la rentrée pour les enfants et les parents avec son flot d’inscriptions, de réorganisation, de surcroit d’activité et une charge de travail qui augmente ! Notre activité va à l’encontre des besoins de notre corps. Alors ne nous étonnons pas de voir apparaitre toute une panoplie d’affections ORL, résultat d’une surcharge d’activité pour nos poumons !

Et si nous mettions un gardien à la porte de notre mental ?

Et si nous mettions un gardien à la porte de notre mental ?

Si nous sommes témoin d’une scène dans un supermarché où un enfant de 4 ans tape des pieds et hurle de colère pour obtenir des bonbons ou un jouet, nous serons sans doute d’accord avec la mère si elle lui demande fermement de se calmer et lui refuse son caprice. Il est assez facile de voir à l’extérieur de nous la nécessité de la fermeté. Pourtant, nous voyons souvent beaucoup moins la fermeté dont nous avons besoin face à nous-même, et notamment face à notre mental !

Et si la fidélité à Soi nécessitait d’accepter d’être infidèle aux autres ?

Et si la fidélité à Soi nécessitait d’accepter d’être infidèle aux autres ?

Être fidèle à soi-même, qu’est-ce que cela signifie ? Il s’agit d’être fidèle à notre Être profond, à ce qui se dit en nous en profondeur, à nos valeurs essentielles, à notre cœur. C’est tout l’inverse de la fidélité à notre ego, qui signifierait répondre à nos désirs intempestifs, céder à nos peurs, être centré sur nos caprices. La fidélité à notre petit moi serait tout le contraire de la fidélité à Soi…

La vraie guérison n’est-elle pas celle de l’âme ?

La vraie guérison n’est-elle pas celle de l’âme ?

En tant qu’être humain, nous connaissons ce tiraillement entre notre part incarnée, matérielle et notre part spirituelle, la part en nous qui souhaite vivre du plaisir, ne pas souffrir, « aller bien »… et celle qui aspire à évoluer, à grandir en amour et en sagesse. Notre petit moi, notre ego, souhaite se sentir bien à chaque instant, sans effort. Notre Soi (ou être profond) a soif d’absolu, de quête existentielle, d’éternité.

Du petit moi au Soi…

Du petit moi au Soi…

…ou comment développer la confiance en Soi ?
Au fur et à mesure que je chemine, je prends davantage conscience que l’essentiel du « travail » consiste à passer du petit moi  au Soi, c’est à dire à se désidentifier de notre personnalité, de nos rôles (de mère, fils, chef d’entreprise…) pour s’identifier de plus en plus à qui l’on est vraiment, ce qui, en psychologie transpersonnelle, est appelé le Soi ou la Supraconscience, ou que l’on peut nommer l’âme, notre Présence, notre Lumière intérieure… peu importe la dénomination du moment qu’elle parle de la partie la plus élevée en nous, celle semblable au divin, immortelle et inaltérable…

Et si l’on portait en nous l’humanité toute entière ?

Et si l’on portait en nous l’humanité toute entière ?

Il nous est très facile de juger les gens autour de nous, les situations, la manière dont nos gouvernants agissent… Évidemment, notre jugement porte sans doute une part de vrai… Cependant, juger l’autre nous sépare de lui. Le juger nous permet de nous dire que nous sommes mieux que lui, que nous nous serions mieux comportés que nous aurions fait de meilleurs choix… Juger, en nous séparant de l’autre, nous rassure peut-être mais ne nous rend certainement pas plus heureux ni plus aimant…