Et si la maladie avait avant tout un sens spirituel…

Dr Edward BachJ’aimerais vous parler aujourd’hui de la manière dont le Dr Bach voit la maladie et la médecine. Sa façon de l’exprimer est incroyablement juste et c’est la philosophie de la maladie que nous connaissons qui nous parait la plus profonde et la plus apte à aider celui qui le souhaite à donner un sens à sa maladie, ainsi que des clés pour avancer vers sa guérison.

Nature et sens de la maladie

Pour Edward Bach, ce médecin anglais qui abandonna sa brillante carrière pour s’adonner corps et âme à sa nouvelle médecine par les élixirs floraux, la médecine conventionnelle échoue car elle ne recherche pas les causes de la maladie. Elle se contente de rafistoler. Elle ne peut guérir les maladies car elle agit au niveau matériel alors que l’origine de toute maladie est spirituelle.

En essence, la maladie est le résultat d’un conflit entre l’âme et la personnalité. Seuls des efforts spirituels et mentaux pourront en venir à bout. Les efforts sur le corps ne font que réparer en surface le dommage, ce qui, dans bien des cas est nuisible. En effet, le dommage physique disparu, le malade ne dispose plus d’informations sur la cause réelle de sa maladie et lui fait croire qu’il a retrouvé la santé.

Ainsi, selon lui, la maladie, en apparence cruelle, nous est profitable car elle nous enseigne nos défauts principaux et nous donne l’occasion de les corriger. Elle nous permet de découvrir la leçon que nous n’arrivions pas à assimiler. Et il nous faut toujours garder l’espoir de guérir, même face à une maladie grave, car, en entreprenant un travail correctif spirituel et mental adéquat, notre personnalité pourra peut-être se réaligner sur notre âme.

Afin de mieux comprendre sa philosophie et la nature de la maladie, il est nécessaire de comprendre les grands principes qu’il a parfaitement énoncés, notamment dans son précieux livre « la guérison par les fleurs ».

Les grands principes et les erreurs possibles

  • L’homme a une âme. Cette âme est son moi réel, une étincelle de Dieu. Elle est donc invincible et immortelle. Si nous l’écoutons, elle nous guide tout au long de notre vie. Notre corps, temple terrestre de notre âme, n’en est qu’un pâle reflet.

  • Notre personnalité est sur Terre dans le but d’acquérir connaissance et expérience, de développer les qualités qui lui manquent et d’éliminer ses défauts.

  • Notre passage sur Terre est très court. Ce n’est qu’ « une journée d’école ». Notre âme est immortelle mais notre corps est temporaire et est notre instrument pour exécuter notre mission.

  • Si notre âme et notre personnalité sont en harmonie, nous sommes heureux ! Si par contre, notre personnalité s’écarte de la voie tracée par notre âme, le conflit apparaît et pourra donner naissance à une maladie. Les conditions de notre vie contiennent en elles-mêmes les leçons nécessaires à notre évolution.

  • Le Créateur est comme le soleil. Il irradie sur toute sa création Amour et Bienveillance. Nous sommes chacun des particules à la pointe de ses rayons et notre but est de revenir au centre du soleil après avoir acquis connaissances et expériences. La séparation entre les particules est impossible, car dès que nous sommes coupés de notre source, nous cessons d’exister. Chaque rayon possède donc une individualité propre mais il fait partie du soleil. Nous sommes donc tous interdépendants !

Fleur de Bach Eglantier Wild RoseIl y a donc deux grandes erreurs possibles :

  • Ne pas obéir aux commandements de notre âme.

  • Agir contre l’unité.

La maladie est donc évitable et curable selon lui si l’on reconnait les erreurs que l’on a commises et que l’on réussit à les éliminer.

Si l’on prend le temps de vraiment intégrer ce que nous livre le Dr Bach, la maladie prend un tout autre sens et devient alors un cadeau pour notre évolution en tant qu’âme. Plutôt que de nous empresser de nous tourner vers la médecine classique, il devient alors passionnant de plutôt nous tourner vers l’intérieur de nous-même et de réfléchir, sentir, chercher … en quoi nous nous éloignons de la voix de notre âme, en quoi nous nous éloignons en somme de l’amour (pour nous-même ou pour un autre). C’est la voie que nous choisissons avec Fred et, même si nous n’avons pas toujours les clés tout de suite et que parfois nous doutons ou sommes prêts à craquer car la souffrance ou la peur nous assaille, ce chemin est merveilleux et nous permet de cheminer vers nous-même et vers le divin.

La philosophie du Dr Bach ainsi que sa vision de la maladie sont des thèmes qui me passionnent et que je serai heureuse de continuer à vous faire partager dans un prochain article…

Bon cheminement !

Sabine

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre × 2 =

Réveillez-vous, c’est le printemps !

Réveillez-vous, c’est le printemps !

Le 22 janvier dernier nous sommes entrés dans la nouvelle année du calendrier chinois. Je propose donc de faire un petit tour d’horizon de la signification de ce basculement au niveau énergétique.
– 2023, l’année du Lièvre d’Eau
– Le printemps, le Bois, le Foie et la Vésicule Biliaire en médecine chinoise
– Exercices printaniers
– L’alimentation printanière

La nouvelle année, l’occasion de cerner l’essentiel !

La nouvelle année, l’occasion de cerner l’essentiel !

Une nouvelle année commence… c’est toujours, à mon sens, l’occasion de se poser la question de nos priorités. Qu’est ce qui est finalement vraiment essentiel pour moi cette année ? Sur quoi est-ce que je veux focaliser mon attention ? Quelle sera ma ligne directrice ?

L’hiver, un temps pour soi

L’hiver, un temps pour soi

En médecine chinoise, l’hiver est la saison des Reins, et après avoir lu ce qui suit, vous allez vite comprendre pourquoi il est primordial de prendre grand soin de nos Reins, particulièrement en hiver !
Je vous propose dans cet article des outils et exercices (alimentation, recette, étirements…) pour passer un hiver chaleureux et en pleine santé !

Les mantras, un outil puissant pour se relier au divin

Les mantras, un outil puissant pour se relier au divin

Les mantras sont des sons sacrés millénaires, psalmodiés ou chantés depuis la nuit des temps par des sages et des méditants désireux d’avancer sur leur chemin. Ce sont donc des sons chargés de très hautes fréquences et de la ferveur de tous ceux qui les ont chantés jusqu’à aujourd’hui !
En Inde, on dit qu’il faut chanter un mantra un million de fois pour qu’il devienne pleinement actif pour nous ! Un mantra agira donc à la hauteur de la ferveur et de l’énergie que nous mettrons à le chanter.

Bien vivre l’automne avec le Shiatsu

Bien vivre l’automne avec le Shiatsu

En médecine chinoise, l’automne est la saison du mouvement Métal. Le Yang cède peu à peu la place au Yin.  C’est le temps de la réflexion, de l’engrangement, il est temps de récolter et de faire des réserves pour l’hiver ! Si la sagesse orientale nous incite à ralentir, à entreprendre une certaine intériorisation, malheureusement notre vie occidentale nous pousse, au contraire, à nous activer de plus belle : après la pause estivale c’est la rentrée pour les enfants et les parents avec son flot d’inscriptions, de réorganisation, de surcroit d’activité et une charge de travail qui augmente ! Notre activité va à l’encontre des besoins de notre corps. Alors ne nous étonnons pas de voir apparaitre toute une panoplie d’affections ORL, résultat d’une surcharge d’activité pour nos poumons !

Et si nous mettions un gardien à la porte de notre mental ?

Et si nous mettions un gardien à la porte de notre mental ?

Si nous sommes témoin d’une scène dans un supermarché où un enfant de 4 ans tape des pieds et hurle de colère pour obtenir des bonbons ou un jouet, nous serons sans doute d’accord avec la mère si elle lui demande fermement de se calmer et lui refuse son caprice. Il est assez facile de voir à l’extérieur de nous la nécessité de la fermeté. Pourtant, nous voyons souvent beaucoup moins la fermeté dont nous avons besoin face à nous-même, et notamment face à notre mental !

Et si la fidélité à Soi nécessitait d’accepter d’être infidèle aux autres ?

Et si la fidélité à Soi nécessitait d’accepter d’être infidèle aux autres ?

Être fidèle à soi-même, qu’est-ce que cela signifie ? Il s’agit d’être fidèle à notre Être profond, à ce qui se dit en nous en profondeur, à nos valeurs essentielles, à notre cœur. C’est tout l’inverse de la fidélité à notre ego, qui signifierait répondre à nos désirs intempestifs, céder à nos peurs, être centré sur nos caprices. La fidélité à notre petit moi serait tout le contraire de la fidélité à Soi…

La vraie guérison n’est-elle pas celle de l’âme ?

La vraie guérison n’est-elle pas celle de l’âme ?

En tant qu’être humain, nous connaissons ce tiraillement entre notre part incarnée, matérielle et notre part spirituelle, la part en nous qui souhaite vivre du plaisir, ne pas souffrir, « aller bien »… et celle qui aspire à évoluer, à grandir en amour et en sagesse. Notre petit moi, notre ego, souhaite se sentir bien à chaque instant, sans effort. Notre Soi (ou être profond) a soif d’absolu, de quête existentielle, d’éternité.

Du petit moi au Soi…

Du petit moi au Soi…

…ou comment développer la confiance en Soi ?
Au fur et à mesure que je chemine, je prends davantage conscience que l’essentiel du « travail » consiste à passer du petit moi  au Soi, c’est à dire à se désidentifier de notre personnalité, de nos rôles (de mère, fils, chef d’entreprise…) pour s’identifier de plus en plus à qui l’on est vraiment, ce qui, en psychologie transpersonnelle, est appelé le Soi ou la Supraconscience, ou que l’on peut nommer l’âme, notre Présence, notre Lumière intérieure… peu importe la dénomination du moment qu’elle parle de la partie la plus élevée en nous, celle semblable au divin, immortelle et inaltérable…

Et si l’on portait en nous l’humanité toute entière ?

Et si l’on portait en nous l’humanité toute entière ?

Il nous est très facile de juger les gens autour de nous, les situations, la manière dont nos gouvernants agissent… Évidemment, notre jugement porte sans doute une part de vrai… Cependant, juger l’autre nous sépare de lui. Le juger nous permet de nous dire que nous sommes mieux que lui, que nous nous serions mieux comportés que nous aurions fait de meilleurs choix… Juger, en nous séparant de l’autre, nous rassure peut-être mais ne nous rend certainement pas plus heureux ni plus aimant…