Et si le Shiatsu permettait de prévenir les maladies ?

Le Shiatsu est une thérapie manuelle énergétique née au Japon, qui tire ses origines des méthodes de guérison taoïstes et chinoises. C’est une pratique qui consiste à rééquilibrer l’énergie dans le corps en travaillant sur les canaux d’énergie que sont les méridiens chinois. Ce travail se fait par pression à l’aide principalement des doigts ou des mains (SHI = doigt, ATSU = pression), par étirement ou mobilisation, l’objectif étant de ré-harmoniser l’Énergie Vitale (ou « Ki »).

Le saviez-vous ?

En Europe, le Shiatsu est une des 8 approches alternatives désignées comme « médecine non conventionnelle digne d’intérêt », au même titre que l’acupuncture ou l’ostéopathie (résolution A4-0075/97 du Parlement européen votée le 29 mai 1997).

Au Japon, depuis 1955, le Shiatsu est reconnu officiellement comme une médecine à part entière.

Au-delà du bien-être que procure un tel soin, le Shiatsu peut aussi avoir une application thérapeutique, préventive ou curative, et ainsi aider le corps dans son processus d’auto-guérison pour de nombreuses pathologies.

Pour comprendre un peu mieux comment « fonctionne » le Shiatsu il est utile de revenir sur (ou de découvrir) quelques notions de médecine chinoise.

L’énergie

Pour la Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC), l’Énergie (le Ki) est à l’origine du monde et de la vie. Tout est énergie, et la matière n’y fait pas exception : c’est simplement de l’énergie densifiée et manifestée. Notre corps est donc lui-même de l’énergie et activé par l’énergie.

Le Yin et le Yang

Yin yangCe principe fondamental de la MTC qu’est la dualité Yin / Yang est parfois difficile à appréhender pour nous occidentaux, qui voulons toujours tout mettre dans des cases ! Ce principe régit tous les mouvements et tous les changements de l’univers, c’est un système dynamique en constante évolution. Pour mieux comprendre, voici quelques caractéristiques de ce système :

  • L’un n’existe pas sans l’autre. La nuit n’existe que par l’existence du jour, l’ombre par celle de la lumière, l’adret d’une montagne par son ubac…
  • Toute chose contient donc une partie Yin et une partie Yang.
  • Il y a toujours du Yin dans le Yang et du Yang dans le Yin : le côté ensoleillé d’une montagne (Yang) contient une partie basse (Yin) et une partie haute (Yang).
  • Ils se contrôlent mutuellement par le système des vases communicants : quand l’un faiblit, l’autre se renforce.
  • Le Yin et le Yang sont en constante recherche d’équilibre, mais ne le sont jamais vraiment, car c’est de ce léger déséquilibre permanent que dépendent les mouvements et les changements. Le vent n’existe que par des différences de pression, si les pressions s’équilibrent le vent cesse. Si l’équilibre parfait apparait, alors tout mouvement disparait… et la vie aussi.
  • La mort est la complète séparation du Yin et du Yang.

Les méridiens

Meridiens Shiatsu MasunagaLes méridiens sont des canaux d’énergie qui transportent le Ki dans tout le corps. La MTC en compte traditionnellement 12 principaux qu’elle associe à des organes (Cœur, Foie, Rate, Poumon…). Les points d’acupuncture, quant à eux, sont des points d’équilibrage énergétique qui sont répartis tout au long des méridiens.

La maladie au regard de la MTC

La MTC considère le corps, l’âme et l’esprit comme un Tout. Ainsi, en traitant le corps physique, il est possible d’accéder aux couches plus profondes de notre Être, celles en relation avec notre vie émotionnelle et mentale.

Pour la MTC la maladie nait d’un déséquilibre de la dynamique Yin / Yang et d’une dysharmonie de la circulation du Ki dans le corps. L’énergie des méridiens peut alors se trouver en excès, en déficience ou bien stagnante, et ce sont ces blocages énergétiques qui, petit à petit, peuvent être la cause de déséquilibres physiques et/ou psychologiques, ce que nous appelons « maladies ». Il est intéressant de noter que, pour la médecine traditionnelle orientale, le concept de « maladie » n’existe pas, il n’y a que des individus malades, car une même distorsion énergétique peut se manifester différemment selon les personnes.

Et le Shiatsu dans tout ça ?

Séance Shiatsu dorsal Frederic ScellierJ’espère ne pas vous avoir trop perdu avec toutes ces « chinoiseries » ! Mais ces notions sont importantes si l’on veut pouvoir appréhender le Shiatsu à sa juste valeur.

En Shiatsu, le praticien va effectuer des pressions sur les points d’acupuncture le long des méridiens, des étirements ou des mobilisations, qui vont avoir pour objectif de rééquilibrer l’énergie circulant dans les méridiens et de rétablir la dynamique vitale entre le Yin et le Yang.

C’est ainsi que le Shiatsu peut à la fois avoir un rôle préventif en agissant avant l’apparition d’une maladie, mais aussi un rôle curatif en traitant le déséquilibre profond et non les seules manifestations externes.

Dans la pratique, il va améliorer l’état de santé en apaisant les tensions et les douleurs, en soulageant le système nerveux et en stimulant les défenses immunitaires et la circulation sanguine. C’est une thérapie du corps et de l’esprit qui se révèle aussi efficace dans les problèmes ostéo-articulaires, digestifs et respiratoires que dans les maladies liées au stress, (insomnie, fatigue, dépression, angoisse, maux de tête…).

Shiatsu, fleurs de Bach et rêve éveillé

Avec Sabine, nous avons mis au point un suivi combiné en Shiatsu, thérapie florale et rêve éveillé, qui consiste en une séance de thérapie (Élixirs floraux et rêve éveillé) puis une séance de Shiatsu, idéalement toutes les 3 semaines. Ces pratiques sont complémentaires non seulement car les différentes pratiques vont permettre d’avoir un diagnostic plus fin du patient et de l’appréhender dans sa globalité, mais également puisque le Shiatsu, les élixirs floraux et le rêve éveillé vont interagir pour renforcer mutuellement leurs effets spécifiques.

Cette association permet donc une prise en compte globale de l’être pour des résultats plus rapides et plus profonds à tous les niveaux (physique, énergétique, psychologique, émotionnel et spirituel).

Au plaisir de vous rencontrer !

Fred

** Pour en savoir plus sur nos consultations en Shiatsu, suivez ce lien ou téléphonez au 06 70 64 56 19 **


 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

11 − 9 =

Réveillez-vous, c’est le printemps !

Réveillez-vous, c’est le printemps !

Le 22 janvier dernier nous sommes entrés dans la nouvelle année du calendrier chinois. Je propose donc de faire un petit tour d’horizon de la signification de ce basculement au niveau énergétique.
– 2023, l’année du Lièvre d’Eau
– Le printemps, le Bois, le Foie et la Vésicule Biliaire en médecine chinoise
– Exercices printaniers
– L’alimentation printanière

La nouvelle année, l’occasion de cerner l’essentiel !

La nouvelle année, l’occasion de cerner l’essentiel !

Une nouvelle année commence… c’est toujours, à mon sens, l’occasion de se poser la question de nos priorités. Qu’est ce qui est finalement vraiment essentiel pour moi cette année ? Sur quoi est-ce que je veux focaliser mon attention ? Quelle sera ma ligne directrice ?

L’hiver, un temps pour soi

L’hiver, un temps pour soi

En médecine chinoise, l’hiver est la saison des Reins, et après avoir lu ce qui suit, vous allez vite comprendre pourquoi il est primordial de prendre grand soin de nos Reins, particulièrement en hiver !
Je vous propose dans cet article des outils et exercices (alimentation, recette, étirements…) pour passer un hiver chaleureux et en pleine santé !

Les mantras, un outil puissant pour se relier au divin

Les mantras, un outil puissant pour se relier au divin

Les mantras sont des sons sacrés millénaires, psalmodiés ou chantés depuis la nuit des temps par des sages et des méditants désireux d’avancer sur leur chemin. Ce sont donc des sons chargés de très hautes fréquences et de la ferveur de tous ceux qui les ont chantés jusqu’à aujourd’hui !
En Inde, on dit qu’il faut chanter un mantra un million de fois pour qu’il devienne pleinement actif pour nous ! Un mantra agira donc à la hauteur de la ferveur et de l’énergie que nous mettrons à le chanter.

Bien vivre l’automne avec le Shiatsu

Bien vivre l’automne avec le Shiatsu

En médecine chinoise, l’automne est la saison du mouvement Métal. Le Yang cède peu à peu la place au Yin.  C’est le temps de la réflexion, de l’engrangement, il est temps de récolter et de faire des réserves pour l’hiver ! Si la sagesse orientale nous incite à ralentir, à entreprendre une certaine intériorisation, malheureusement notre vie occidentale nous pousse, au contraire, à nous activer de plus belle : après la pause estivale c’est la rentrée pour les enfants et les parents avec son flot d’inscriptions, de réorganisation, de surcroit d’activité et une charge de travail qui augmente ! Notre activité va à l’encontre des besoins de notre corps. Alors ne nous étonnons pas de voir apparaitre toute une panoplie d’affections ORL, résultat d’une surcharge d’activité pour nos poumons !

Et si nous mettions un gardien à la porte de notre mental ?

Et si nous mettions un gardien à la porte de notre mental ?

Si nous sommes témoin d’une scène dans un supermarché où un enfant de 4 ans tape des pieds et hurle de colère pour obtenir des bonbons ou un jouet, nous serons sans doute d’accord avec la mère si elle lui demande fermement de se calmer et lui refuse son caprice. Il est assez facile de voir à l’extérieur de nous la nécessité de la fermeté. Pourtant, nous voyons souvent beaucoup moins la fermeté dont nous avons besoin face à nous-même, et notamment face à notre mental !

Et si la fidélité à Soi nécessitait d’accepter d’être infidèle aux autres ?

Et si la fidélité à Soi nécessitait d’accepter d’être infidèle aux autres ?

Être fidèle à soi-même, qu’est-ce que cela signifie ? Il s’agit d’être fidèle à notre Être profond, à ce qui se dit en nous en profondeur, à nos valeurs essentielles, à notre cœur. C’est tout l’inverse de la fidélité à notre ego, qui signifierait répondre à nos désirs intempestifs, céder à nos peurs, être centré sur nos caprices. La fidélité à notre petit moi serait tout le contraire de la fidélité à Soi…

La vraie guérison n’est-elle pas celle de l’âme ?

La vraie guérison n’est-elle pas celle de l’âme ?

En tant qu’être humain, nous connaissons ce tiraillement entre notre part incarnée, matérielle et notre part spirituelle, la part en nous qui souhaite vivre du plaisir, ne pas souffrir, « aller bien »… et celle qui aspire à évoluer, à grandir en amour et en sagesse. Notre petit moi, notre ego, souhaite se sentir bien à chaque instant, sans effort. Notre Soi (ou être profond) a soif d’absolu, de quête existentielle, d’éternité.

Du petit moi au Soi…

Du petit moi au Soi…

…ou comment développer la confiance en Soi ?
Au fur et à mesure que je chemine, je prends davantage conscience que l’essentiel du « travail » consiste à passer du petit moi  au Soi, c’est à dire à se désidentifier de notre personnalité, de nos rôles (de mère, fils, chef d’entreprise…) pour s’identifier de plus en plus à qui l’on est vraiment, ce qui, en psychologie transpersonnelle, est appelé le Soi ou la Supraconscience, ou que l’on peut nommer l’âme, notre Présence, notre Lumière intérieure… peu importe la dénomination du moment qu’elle parle de la partie la plus élevée en nous, celle semblable au divin, immortelle et inaltérable…

Et si l’on portait en nous l’humanité toute entière ?

Et si l’on portait en nous l’humanité toute entière ?

Il nous est très facile de juger les gens autour de nous, les situations, la manière dont nos gouvernants agissent… Évidemment, notre jugement porte sans doute une part de vrai… Cependant, juger l’autre nous sépare de lui. Le juger nous permet de nous dire que nous sommes mieux que lui, que nous nous serions mieux comportés que nous aurions fait de meilleurs choix… Juger, en nous séparant de l’autre, nous rassure peut-être mais ne nous rend certainement pas plus heureux ni plus aimant…