L’hiver, un temps pour soi

L'hiver, un temps pour soiBien qu’il nous reste encore quelques jours avant de passer le solstice, énergétiquement nous sommes bel et bien entrés dans l’hiver ! Le froid est là, les sommets blanchissent, le givre matinal s’installe, et les sombres soirées nous invitent à nous rapprocher du coin du feu.

L’énergie des Reins

En médecine chinoise, l’hiver est la saison des Reins, et après avoir lu ce qui suit, vous allez vite comprendre pourquoi il est primordial de prendre grand soin de nos Reins, particulièrement en hiver !

Le Jing, notre énergie vitale

En énergétique, les Reins sont le siège de notre énergie vitale, notre batterie. A la naissance, nous sommes tous pourvus d’une certaine quantité d’énergie dite « ancestrale », notre Essence, ce que les chinois nomment le Jing. C’est cette quantité d’énergie, héritée de nos parents au moment de la conception, qui va conditionner notre terrain et qui va être la source de notre vitalité tout au long de notre vie, qui va construire notre système immunitaire.

Ce Jing « prénatal » ne se régénère pas, on le consume et il s’épuise petit à petit, il nous faut donc le préserver au maximum en évitant les excès. Tous les excès vont avoir tendance à épuiser notre Jing : excès d’activité, excès de sport, excès d’activité sexuelle, excès ou mauvaise alimentation, …

Renforcer le Jing

La bonne nouvelle, c’est qu’il existe également un Jing « postnatal » qu’on peut renforcer au quotidien ! Il est le résultat du surplus d’énergie que nous fabriquons mais ne consommons pas. Alors comment pouvons-nous renforcer notre Jing ? Et bien en prenant soin de nous ! Que ce soit par une alimentation saine et adaptée, une respiration profonde et consciente, un bon sommeil, la méditation, la marche, des exercices physique doux…. Tout ceci, pratiqué en conscience, va nous permettre d’augmenter notre énergie vitale.

Le Ming Men, notre petite flamme intérieure

Les Reins abritent également notre Ming Men, « la porte du destin ». Si le Jing représente la cire d’une bougie, le Ming Men en est la petite flamme qu’il faut  protéger afin qu’elle ne cesse de brûler. Cette flamme, située au creux de nos Reins, a besoin d’être protégée et tonifiée, particulièrement en hiver. Il est donc important, pour protéger son Ming Men, de s’habiller avec des vêtements suffisamment chauds autour de la taille.

Bien vivre l’hiver

  • Le Shiatsu, un allié qui apporte de la chaleur

moxibustionNous avions vu (voir l’article de septembre) qu’en automne le travail en Shiatsu se focalisait sur les Poumons. En hiver, sauf besoin particulier, une séance de Shiatsu va être orientée principalement sur la tonification des méridiens Reins et Vessie afin d’aider l’organisme à affronter la rigueur du climat. Ce travail sur les méridiens peut aussi être accompagné par la moxibustion. La moxibustion, technique issue de la médecine chinoise, consiste à faire brûler un batônnet d’armoise à proximité de certains points d’acupuncture afin d’y chasser les excès de froid et d’humidité. Cette technique est très agréable à recevoir en hiver ! On s’en sert particulièrement pour réchauffer le Ming Men.

  •  Au niveau psycho-émotionnel

Nous sommes entrés dans la phase la plus Yin de l’année, gouvernée par l’élément Eau. Cette période est propice à l’intériorisation, au repos. C’est un peu comme une petite mort pour préparer la renaissance au printemps. Le moment est venu de prendre soin de nous, de diminuer notre activité, de resserrer nos liens avec nos proches, d’écouter le silence et les messages de notre inconscient, notre petite voix.

  • L’alimentation hivernale

Les haricots, et particulièrement les azukis (petits haricots rouges japonais), nourrissent les Reins (eux-mêmes en forme de haricots). Le Romarin est aussi un très bon tonique des Reins. Les produits marins (crevettes, algues, et autres fruits de mer) par leur côté salé, vont également nourrir les Reins puisque le sel est la saveur associée à cet organe. D’autres aliments comme les légumineuses, les châtaignes, les noix, les amandes sont aussi de bons produits à consommer en hiver.

En règle générale, il est préférable de consommer des plats chauds et nutritif, mais pas en quantité, comme des soupes, potées, choucroute… et surtout d’éviter les crudités qui amènent du froid et de l’humidité à l’intérieur du corps, ce qui peut favoriser la vulnérabilité aux agressions extérieures.

La soupe miso

 

  • Exercice de Do In pour tonifier les Reins

Do In de l'hiverMettez-vous debout, les genoux souples, le dos droit, menton légèrement baissé vers la poitrine.

Chauffer vigoureusement pendant 1 ou 2 minutes les Reins avec les poings (à l’opposer du nombril) jusqu’à ressentir de la chaleur. Posez ensuite vos mains sur la zone et visualisez la chaleur qui pénètre et se diffuse dans tout le bas du dos.

Masser ensuite circulairement votre ventre, mains à plat autour du nombril, 36 fois dans un sens puis dans 36 fois l’autre. A nouveau, posez vos mains sur cette zone et visualisez la chaleur qui se diffuse dans tout le ventre.

Asseyez-vous, genoux fléchis contre la poitrine, glissez doucement vos jambes devant vous tout en maintenant le ventre contre la poitrine et le bas du dos étiré. L’important n’est pas d’étirer complètement les jambes devant soi, ce qui risque de causer des tensions inutiles dans l’arrière des cuisses, mais de maintenir autant que possible le ventre contre la poitrine et le bas du dos étiré, pour mettre en circulation l’énergie dans les méridiens Rein et Vessie. Maintenez la posture une minute en respirant profondément dans le ventre.

Relâchez la posture et mettez-vous en demi lotus pour pratiquer une dizaine de respirations profondes abdominales. Pour ceux qui connaissent, vous pouvez aussi pratiquer l’exercice de pranayama Kapala Bhati qui est un très bon moyen de réchauffer le ventre et d’apporter de l’énergie dans le Ming Men. Vous retrouverez les détails de cette pratique sur ce site.

 

Je vous souhaite un bel hiver chaleureux et en pleine santé !

Fred

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × trois =

Réveillez-vous, c’est le printemps !

Réveillez-vous, c’est le printemps !

Le 22 janvier dernier nous sommes entrés dans la nouvelle année du calendrier chinois. Je propose donc de faire un petit tour d’horizon de la signification de ce basculement au niveau énergétique.
– 2023, l’année du Lièvre d’Eau
– Le printemps, le Bois, le Foie et la Vésicule Biliaire en médecine chinoise
– Exercices printaniers
– L’alimentation printanière

La nouvelle année, l’occasion de cerner l’essentiel !

La nouvelle année, l’occasion de cerner l’essentiel !

Une nouvelle année commence… c’est toujours, à mon sens, l’occasion de se poser la question de nos priorités. Qu’est ce qui est finalement vraiment essentiel pour moi cette année ? Sur quoi est-ce que je veux focaliser mon attention ? Quelle sera ma ligne directrice ?

Les mantras, un outil puissant pour se relier au divin

Les mantras, un outil puissant pour se relier au divin

Les mantras sont des sons sacrés millénaires, psalmodiés ou chantés depuis la nuit des temps par des sages et des méditants désireux d’avancer sur leur chemin. Ce sont donc des sons chargés de très hautes fréquences et de la ferveur de tous ceux qui les ont chantés jusqu’à aujourd’hui !
En Inde, on dit qu’il faut chanter un mantra un million de fois pour qu’il devienne pleinement actif pour nous ! Un mantra agira donc à la hauteur de la ferveur et de l’énergie que nous mettrons à le chanter.

Bien vivre l’automne avec le Shiatsu

Bien vivre l’automne avec le Shiatsu

En médecine chinoise, l’automne est la saison du mouvement Métal. Le Yang cède peu à peu la place au Yin.  C’est le temps de la réflexion, de l’engrangement, il est temps de récolter et de faire des réserves pour l’hiver ! Si la sagesse orientale nous incite à ralentir, à entreprendre une certaine intériorisation, malheureusement notre vie occidentale nous pousse, au contraire, à nous activer de plus belle : après la pause estivale c’est la rentrée pour les enfants et les parents avec son flot d’inscriptions, de réorganisation, de surcroit d’activité et une charge de travail qui augmente ! Notre activité va à l’encontre des besoins de notre corps. Alors ne nous étonnons pas de voir apparaitre toute une panoplie d’affections ORL, résultat d’une surcharge d’activité pour nos poumons !

Et si nous mettions un gardien à la porte de notre mental ?

Et si nous mettions un gardien à la porte de notre mental ?

Si nous sommes témoin d’une scène dans un supermarché où un enfant de 4 ans tape des pieds et hurle de colère pour obtenir des bonbons ou un jouet, nous serons sans doute d’accord avec la mère si elle lui demande fermement de se calmer et lui refuse son caprice. Il est assez facile de voir à l’extérieur de nous la nécessité de la fermeté. Pourtant, nous voyons souvent beaucoup moins la fermeté dont nous avons besoin face à nous-même, et notamment face à notre mental !

Et si la fidélité à Soi nécessitait d’accepter d’être infidèle aux autres ?

Et si la fidélité à Soi nécessitait d’accepter d’être infidèle aux autres ?

Être fidèle à soi-même, qu’est-ce que cela signifie ? Il s’agit d’être fidèle à notre Être profond, à ce qui se dit en nous en profondeur, à nos valeurs essentielles, à notre cœur. C’est tout l’inverse de la fidélité à notre ego, qui signifierait répondre à nos désirs intempestifs, céder à nos peurs, être centré sur nos caprices. La fidélité à notre petit moi serait tout le contraire de la fidélité à Soi…

La vraie guérison n’est-elle pas celle de l’âme ?

La vraie guérison n’est-elle pas celle de l’âme ?

En tant qu’être humain, nous connaissons ce tiraillement entre notre part incarnée, matérielle et notre part spirituelle, la part en nous qui souhaite vivre du plaisir, ne pas souffrir, « aller bien »… et celle qui aspire à évoluer, à grandir en amour et en sagesse. Notre petit moi, notre ego, souhaite se sentir bien à chaque instant, sans effort. Notre Soi (ou être profond) a soif d’absolu, de quête existentielle, d’éternité.

Du petit moi au Soi…

Du petit moi au Soi…

…ou comment développer la confiance en Soi ?
Au fur et à mesure que je chemine, je prends davantage conscience que l’essentiel du « travail » consiste à passer du petit moi  au Soi, c’est à dire à se désidentifier de notre personnalité, de nos rôles (de mère, fils, chef d’entreprise…) pour s’identifier de plus en plus à qui l’on est vraiment, ce qui, en psychologie transpersonnelle, est appelé le Soi ou la Supraconscience, ou que l’on peut nommer l’âme, notre Présence, notre Lumière intérieure… peu importe la dénomination du moment qu’elle parle de la partie la plus élevée en nous, celle semblable au divin, immortelle et inaltérable…

Et si l’on portait en nous l’humanité toute entière ?

Et si l’on portait en nous l’humanité toute entière ?

Il nous est très facile de juger les gens autour de nous, les situations, la manière dont nos gouvernants agissent… Évidemment, notre jugement porte sans doute une part de vrai… Cependant, juger l’autre nous sépare de lui. Le juger nous permet de nous dire que nous sommes mieux que lui, que nous nous serions mieux comportés que nous aurions fait de meilleurs choix… Juger, en nous séparant de l’autre, nous rassure peut-être mais ne nous rend certainement pas plus heureux ni plus aimant…

La permaculture pour notre jardin intérieur

La permaculture pour notre jardin intérieur

Que sont les mauvaises herbes ? Pourquoi s’entêtent-elles à pousser au milieu de nos légumes ? Apportent-elles un message à qui veut bien les écouter ? Et si nous osions un parallèle avec la maladie ? Venez découvrir comment la permaculture peut nous aider à mieux cultiver notre jardin intérieur …