• Sabine

Et si la pollution de notre planète était le reflet de notre « pollution intérieure » à tous ?



De nombreux sages partagent cette idée, à savoir que la pollution extérieure serait en fait le reflet de toutes nos pollutions intérieures, c’est-à-dire de nos ombres, de nos émotions et pensées négatives…

L’idée me parait intéressante. Elle a le mérite de nous rendre acteur et responsable plutôt que victime de cette pollution, dont l’on rejette toujours la faute sur l’extérieur, par exemple, les politiciens, les grandes multinationales, des pays comme la Chine …

Vient alors la question, si intéressante à mes yeux, du travail sur soi. Notre société est remplie de croyances du style « le travail sur soi, c’est un luxe ! », « le travail sur soi, c’est pour les fous », « c’est la honte de travailler sur soi ! »… etc

Et si, au contraire, le travail sur soi était une nécessité pour chacun de nous ? Et si c’était l’unique solution pour évoluer, pas à pas, pour se rapprocher de notre être profond, divin ? Si c’était la condition pour que l’humanité évolue et que la pollution diminue, peu à peu… ?

Comme le dit si bien Jung, si on refoule une ombre, elle nous revient sous la forme du destin. Comment croire en effet que nos blessures, nos souffrances d’enfant, nos traumatismes divers, connus ou inconnus (car inconscients et refoulés)… comment imaginer que ces blessures pourraient disparaitre comme par magie, sous prétexte qu’on ne les regarderait pas ? C’est une idée finalement assez naïve ! Ce qui ne s’exprime pas s’imprime ! Tout ce que l’on n’a pas été guérir comme souffrances est encore en nous ! Tout est imprimé au cœur de nos cellules ! Et tout cela vient nous parler sous forme de maladies, plus ou moins graves, de mal-être plus ou moins douloureux… Tant que l’on n’a pas regardé en face ce sentiment d’avoir été trahi, ce manque d’amour, cette détresse de ne pas s’être senti reconnu par un de nos parents, ce sentiment d’humiliation vécu en classe... et tout ce qui nous a blessé, alors, cette blessure est en nous, dans l’ombre. Et comme on ne l’a pas regardée, c’est elle qui nous mène par le bout du nez, c’est elle qui a le pouvoir sur nous et nous fait avoir ces réactions de souffrance dans des situations parfois banales, ou qui s’exprime sous forme de maladies, dont on se dit victime…

Il me semble aujourd’hui que la seule solution pour se rapprocher de la lumière, c’est d’affronter nos ombres, de les mettre en lumière justement, pour pouvoir les transmuter.


Avant de toujours critiquer l’ombre de l’autre, les comportements parfois il est vrai très néfastes des autres, de nos gouvernements… avant de se lamenter sur l’état de notre planète… ne pourrait-on pas plutôt regarder quelle est notre part ? Qu’est ce qui en nous est à guérir ? Qu’est ce qui en nous nourrit la colère du monde, la tristesse du monde, et tout autre sentiment négatif présent dans notre société ?

Demandons-nous donc chacun ce que nous pouvons faire pour apporter notre contribution à la planète, en allant mettre de la lumière sur les blessures en nous, finalement le seul lieu où nous avons du pouvoir ! Et en faisant ainsi, nous travaillons pour nous, mais également pour nos enfants qui bénéficieront de tout le nettoyage que nous aurons fait… ainsi que la planète qui s’allègera déjà du poids de nos propres pollutions !

Bon cheminement !

Sabine


Tous les ateliers, stages, formations et consultations ont lieu sur Eygaliers (26170) à 5 min de Buis les Baronnies et 20 min de Vaison-la-Romaine.

Rencontrons-nous...!

​© 2020 Retour à la Source  -  créé sur wix.com

  • Facebook