Vivre, ce n’est pas attendre que les tempêtes passent, mais apprendre à danser sous la pluie !

Nous les humains, nous aimerions tous que notre vie soit sereine à chaque instant, douce, agréable… Nous souhaiterions tous jouir d’une santé parfaite et ne vivre que des évènements heureux. Nous souhaiterions tous que ceux que l’on aime nagent, comme nous, dans le bonheur à chaque instant.

Évidemment, cela n’est pas la réalité. Et notre vie et celle de nos proches, de l’humanité, est souvent obscurcie par des nuages, voire de grosses tempêtes (maladies, douleurs, deuil …). Quand cela arrive, nous attendons généralement avec impatience le jour où l’on sera guéri, où notre enfant sera enfin heureux, où l’on trouvera le chéri idéal. Bref, nous attendons que les tempêtes passent. C’est bien naturel d’espérer la fin de nos souffrances !

Mais en faisant cela, nous sommes dans le refus de ce qui est. Nous n’acceptons pas ce que l’on vit. Nous décidons que cela n’est pas bon pour nous et nous attendons avec impatience la suite. Denise Desjardins (épouse d’Arnaud Desjardins) avait écrit il y a plus de 20 ans un livre « Dire oui à la vie », dans lequel elle expliquait de manière magnifique comment l’on pouvait arrêter de rejeter ce que l’on vit et le prendre à bras le corps.

Arrêter de lutter contre ce qui est et plutôt se dire : « ok, là, j’ai mal, je souffre, je me sens seul, mon chéri m’a quitté , mon enfant souffre… », « ok, c’est ça ma réalité du moment. Je l’accepte puisque de toutes façons, c’est ma réalité du moment. Si je la refuse, je perds de l’énergie à la refuser mais ça ne la fait pas disparaître pour autant ! ». C’est fou l’énergie que nous perdons à refuser ce qui est !

Et si nous apprenions plutôt à danser sous la pluie ? Ne serait-ce pas la réelle liberté, la réelle clé du bonheur ? Cela ne signifierait pas que ce que l’on vit serait notre préférence, ni ce que nous souhaiterions égotiquement (bien entendu !). Mais cela serait comme réussir à faire capituler notre ego devant le Grand Tout. Cela reviendrait à nous incliner humblement devant la situation en disant « ok, c’est ça ce que je vis en cet instant. C’est ma réalité du moment. Alors, je prends cette situation et j’apprends à danser malgré tout dans cette situation. » Si j’y parviens, alors non seulement j’arrête de perdre de l’énergie face à quelque chose qui est là et surtout, je fais de cette situation une occasion de me dépasser.

C’est comme accepter en réalité que la vie est faite de hauts et de bas, de bonheur et de douleurs, et accepter que c’est cela qui nous permet de grandir, de nous rapprocher de notre être essentiel. C’est comme s’il nous était demandé de revenir davantage vers le centre de nous-même, là où nous ne prenons pas de plein fouet ce qui se passe à la périphérie. Ou encore descendre au fond de l’océan pour ne pas être tourmenté par les vagues en surface.

C’est ce que nous enseigne la Roue de Fortune du tarot. Si je suis à la périphérie de moi-même (sur mon Ego), je tourne avec la roue et je suis alternativement en haut, puis en bas. La seule solution pour éviter ces mouvements incessants est de revenir vers le centre de la roue !

Attendre que les tempêtes passent, c’est se préparer à se prendre une nouvelle tempête ! Mais apprendre à danser sous la pluie (ou symboliquement à revenir davantage vers le centre de notre roue), c’est la seule solution durable pour vivre notre vie de la manière la plus sereine et la plus constructive possible. Évidemment, cela reste très difficile et parfois même, cela semble être une mission impossible ! C’est une direction à prendre, un art de vivre à travailler, patiemment …

Souhaitons que chacun de nous, que chaque être sur Terre, réussisse de plus en plus à danser sous la pluie… et à se réjouir évidemment des beaux ciels ensoleillés !

Bon cheminement !

Sabine

3 Commentaires

  1. Maryvonne JAN

    Merci Sabine, beau et bon message pour prendre la vie à bras le corps et arrêter de se cacher derrière ses plaintes. Je veux danser sous la pluie pour faire un pied de nez à mes souffrances !

    Réponse
    • Sabine et Fred

      Oui, merci Maryvonne pour ton beau message ! Pas facile c’est vrai, mais déjà avoir cette intention de faire un pied de nez à nos souffrances, comme tu dis, ça fait toute la différence ! Bon courage et belle journée !
      Sabine

      Réponse
    • Pascale SCHUPP

      Merci Sabine pour ce bel écrit ! Mes pas dansés sous la pluie sont de plus en plus assurés. Et parfois gracieux, comme sous un jour de lumière. En s’ajustant au rythme de l’instant, la danse se forme et se transforme.

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pourquoi offrir notre compassion à celui qui nous fait du mal ?

Pourquoi offrir notre compassion à celui qui nous fait du mal ?

Offrir notre compassion à celui qui nous fait du mal peut paraitre, à première vue, complètement insensé ou tout simplement masochiste ! En effet, pourquoi le faire alors que l’autre nous traite de manière si cruelle ?
Pourtant, si l’on y réfléchit un peu avec l’aide de nos amis bouddhistes, cela peut nous apparaitre finalement comme une évidence et la meilleure attitude à adopter. De plus, cette attitude pourra beaucoup nous aider, et également aider l’autre.
Que se passe-t-il pour une personne qui cause du tort à autrui ?
Quelle attitude avoir face à une personne malveillante ?
En quoi la personne qui me cause du tort est-elle donc digne de compassion ?
Et en quoi m’exercer à la compassion face à elle m’aidera ?

Il était un Foie…

Il était un Foie…

Je vous propose aujourd’hui de faire un petit tour de votre Foie ! A quoi sert-il ? Quelles sont ses fonctions physiologiques (vision occidentale) ? Quelles sont ses fonctions énergétiques et psycho-émotionnelles (version orientale) ?  Comment en prendre soin et le nettoyer ?
Cette année, le nouvel an chinois (basé sur les cycles lunaires) sera célébré le 4 février et, avec lui, le début de l’année du Dragon de Bois. Le nouvel an chinois marque traditionnellement l’entrée dans le Printemps, saison associée, en Médecine Chinoise, à l’organe du Foie…

2024 : année de la Justice

2024 : année de la Justice

Nous entrons en année 8 (2 + 0 + 2 + 4), donc selon le tarot de Marseille, dans l’année de la Justice.
C’est sûr, notre monde a un immense besoin de justice ! En regardant ce qui se passe un peu partout sur notre planète, on ne peut qu’être heureux si la Justice, avec son épée et sa balance, vient discerner et ramener l’équilibre ! Souhaitons que, peu à peu, en 2024, les mensonges soient dévoilés pour que la Vérité éclate. Nous avons la chance de pouvoir nous appuyer encore sur des avocats honnêtes et des juges sincères … au milieu de tant d’autres corrompus.

Aime toi quand tu le mérites le moins car c’est là que tu en as le plus besoin !

Aime toi quand tu le mérites le moins car c’est là que tu en as le plus besoin !

Il est facile de s’aimer quand on a réussi quelque chose, quand on a eu de belles paroles, réalisé un objectif, quand l’autre nous renvoie du positif …
Mais qu’en est-il quand nous sommes face à notre part colérique, triste, égoïste … etc ? Ou encore lorsque nos mots dépassent nos pensées, quand on s’est tu alors qu’on aurait aimé avoir le courage de dire, quand on a échoué à un examen, quand l’autre nous critique ou nous renvoie du négatif ? Savons-nous, à ce moment là, nous regarder avec bienveillance et compassion ?

Connaissez-vous vraiment le Shiatsu ?

Connaissez-vous vraiment le Shiatsu ?

Je vous propose une présentation approfondie du Shiatsu et des fondements sur lesquels il s’appuie pour prévenir les maladies ou soigner durablement. J’y aborde le Tao, la dualité Yin/Yang, les cycles des 5 éléments, l’origine de la maladie et leur lien avec le Shiatsu. Vous ne pourrez plus dire que vous ne connaissez pas le Shiatsu !

Le monde est-il « foutu » ou ai-je ma part à jouer ?

Le monde est-il « foutu » ou ai-je ma part à jouer ?

Quand on regarde le monde qu’on a construit et que l’on offre à nos enfants, on peut rester perplexe, pensif, amer…
Pour ma part, je trouve ce monde déroutant, au moins au premier regard. Et je ne peux m’empêcher de me demander comment nous avons pu en arriver là et comment on peut en être parfois à un tel niveau de non-sens !
Alors oui, que faire dans ce monde à la dérive ?

Et VOUS, qu’en pensez-vous ?

Et VOUS, qu’en pensez-vous ?

Dans ce monde en perte de repères où les médias sont achetés pour raconter ce qu’ils veulent que nous croyions, dans un monde où les valeurs sont de plus en plus inversées, dans un monde où tout s’accélère à une vitesse incroyable, où le covid a été remplacé par la guerre en Ukraine puis par l’urgence climatique… j’ai envie de vous demander : « Et vous, qu’en pensez-vous ? ».

Avons-nous perdu le sens de ce que nous mangeons ?

Avons-nous perdu le sens de ce que nous mangeons ?

« Que ton alimentation soit ta première médecine »
Cette phrase a été attribuée à Hippocrate, un des pères fondateurs de la médecine moderne, qui a vécu au 5ème siècle av J.-C. Si l’authenticité de ses propos est contredite, Hippocrate n’en reste pas moins un fervent défenseur de l’importance primordiale de l’alimentation dans la santé humaine, et il est regrettable que l’alimentation soit totalement absente du fameux « serment d’Hippocrate » !
Toujours est-il que l’alimentation, dans la plupart des cultures, est au centre du système santé. On le voit par exemple avec l’Ayurveda en Inde, ou avec la diététique du Tao en Chine…

Tout est question de vibrations !

Tout est question de vibrations !

Notre univers est un univers vibratoire. Tout dans l’univers a une certaine vibration. C’est comme cela que nous entrons en contact les uns avec les autres, avant même de se parler, se voir, se toucher.
Les vibrations sont plus ou moins élevées. A chaque fois que nous entrons en contact avec une basse vibration, notre être commence à descendre en vibration. A l’inverse, à chaque fois que nous entrons en contact avec une énergie élevée, notre être commence doucement à vibrer plus haut.

Réveillez-vous, c’est le printemps !

Réveillez-vous, c’est le printemps !

Le 22 janvier dernier nous sommes entrés dans la nouvelle année du calendrier chinois. Je propose donc de faire un petit tour d’horizon de la signification de ce basculement au niveau énergétique.
– 2023, l’année du Lièvre d’Eau
– Le printemps, le Bois, le Foie et la Vésicule Biliaire en médecine chinoise
– Exercices printaniers
– L’alimentation printanière